Un nouveau quinquennat ….

Une exigence de concertation

La France vient d’élire le Président Macron avec un programme porteur d’une relance économique volontariste.

Durant la campagne, le candidat Macron a annoncé un plan d’investissement de 50 milliards d’euros consacrés essentiellement sur la formation des jeunes et des chômeurs (15 milliards) et à la transition écologique et énergétique (15 milliards). La transition numérique, la santé, la modernisation de l’agriculture et des infrastructures de transport seront financées par les 20 milliards restants.

Selon son programme, 60 milliards d’économie seront réalisées à la fin du quinquennat. Un allégement des impôts taxes et charges est prévu avec pour objectif une baisse des prélèvements obligatoires de 20 milliards d’euros sur l’ensemble du quinquennat. Le taux de chômage devrait être ramené à 7% d’ici 2022.

À l’UNSA, nous avons toujours fait de l’emploi et la protection des salariés un objectif prioritaire.

Dans cette perspective, l’UNSA souligne que le volontarisme affiché de la nouvelle équipe gouvernementale ne peut être efficace que s’il s’opère dans le cadre de la concertation avec les partenaires sociaux. Les législatives prévues en juin indiqueront quelle sera la majorité gouvernementale qui sera élue et si c’est ce programme ou un autre qui sera finalement mis en œuvre.

Nous connaîtrons, après cette élection, les modalités précises et le champ des sujets qui seront abordés.

L’UNSA, pragmatique, prendra toute sa place dans un dialogue social et économique qu’elle revendique.

Le Bureau National des 21 et 22 juin, sera le moment d’échanger sur notre positionnement syndical au regard du résultat des législatives.

Retour sur une négociation compliquée

La négociation de la convention assurance chômage qui avait été engagée le 22 février 2016 a abouti à un accord le 28 mars 2017.
Après un constat de désaccord, le 16 juin 2016, notamment sur la taxation des contrats courts, les partenaires sociaux s’étaient de fait dessaisis du dossier au profit du gouvernement, qui décida de proroger la convention Unedic au-delà de l’échéance de la fin juin 2016.
Les annonces de certains candidats lors de la campagne présidentielle indiquant leur intention de retirer aux partenaires sociaux la gouvernance de l’Unedic pour la confier à l’État ont conduit à la conclusion d’un accord, préservant le régime actuel et sa gestion paritaire.

Lire la suite...

Selon la Dares, en 2015, 53,3% des jeunes de 15 à 29 ans étaient actifs. Parmi ces derniers, 43,2% d’entre eux étaient pourvus d’un emploi et 10,1% étaient au chômage, ce dernier chiffre correspondant à un taux de chômage de 18,9% de l’ensemble des actifs de cette tranche d’âge.

Lire la suite...